Blanche Neige et les lance-missiles, de Catherine Dufour

De retour après plusieurs mois de silence, bien occupés par un nouveau travail et Diablo 3 il faut bien le dire. L’occasion d’inaugurer le nouveau système de blog WordPress, merci au passage aux gentils techniciens de fantasy.fr. Et chose promise, chose due, je continue mon parcours de la fantasy française en abordant aujourd’hui un livre de Catherine Dufour, Blanche Neige et les lance-missiles et plus particulièrement le premier tome, Quand les dieux buvaient.

Il s’agit de mon premier roman de Catherine Dufour. J’en avais pas mal entendu causer sur différents forums et quand je suis tombé sur ce bouquin avec ce titre et cette couverture bien pratchettiennes je me suis laissé tenter. Comme on peut s’y attendre, cez bouquin est une revisite du conte de fées, pas seulement Blanche Neige en fait mais un peu tous les contes de fées qui peuplent notre imaginaire collectif. Un melting pot mêlant donc Blanche, pas la bière, Peau d’Âne, la Belle au bois dormant etc A partir de ce constat je ne pense pas qu’il soit très utile de parler de l’histoire, en sachant que ces personnages se bouffent le nez en particulier avec la méchante Reine. A coups de lance-missiles et de vannes bien actuelles.

Il s’agit bien évidemment d’un roman humoristique, jouant à fond la carte de l’absurde, du non-sense comme certains disent, et du décalage entre les images emparfumées de patchouli que l’on a des contes de fées et un traitement tout ce qu’il y a de plus actuel. N’est pas Pratchett qui veut, ais-je beaucoup lu comme commentaires sur ce livre. C’est pas grave, j’apprécie modérément Pratchett finalement. J’en ai lu 2-3, toujours sans déplaisir mais jamais sans atteindre les sommets d’hilarité que l’on m’avait promis. En fait je dirais même que Blanche Neige m’a fait beaucoup penser à l’un des bouquins de Pratchett, pas un Disque Monde mais sa collaboration avec Neil Gaiman, De bons présages. La aussi une oeuvre encensée mais que j’ai eu du mal à apprécier, et pour les mêmes raisons que j’ai eu du mal à apprécier la Blanche.

En ce qui me concerne ça a été une question non pas de qualité, mais de quantité.J’apprécie l’absurde, l’humour anglais, les Monty Python, toussa, mais en l’occurrence dans ces deux bouquins j’en ai eu une indigestion. Il y en a tout le temps, partout. Et du coup ça donne un rythme très très décousu à l’histoire, pour peu qu’il y en ait une car on est tenté de croire que la trame principale n’est que le prétexte à l’assaut de saillies, bombardements de répliques et situations absurdes. Ca se caractérise notamment avec des chapitres très courts, ou plutôt de gros chapitres découpés en une multitude de sous-parties, parfois longues de quelques lignes, enchaînant d’innombrables allers-retours parmi la flopée de personnages. Pour moi c’est dur d’en tirer un fil directeur, évidemment zéro empathie, et au final cette surenchère d’absurdité est très très lourde. Question de sensibilité puisque j’ai eu exactement le même problème avec De bons présages.

Ceci-dit.

Je reconnais à Catherine Dufour une très belle écriture, un style enlevé et fluide. Et puis lire une oeuvre humoristique dans la langue de l’auteur, je me rends compte avec Blanche Neige que ça apporte un plus.

D’autre part, on peut accorder à Dufour un certain talent dans cette confrontation contes de fées/ monde réel. Le thème étant à la mode, le bouquin traite revisite plutôt bien le genre et ce sans surfer sur la vague puisqu’il a été fait avant la vague actuelle des films Blanche Neige, Alice, Once upon a time etc

Voilà, ayant eu beaucoup de mal à finir ce premier tome je n’envisage pas de lire le deuxième. Malgré tout j’ai découvert un auteur (français) intéressant et disposant d’une bonne maîtrise, que j’ai d’ailleurs continué à lire avec le goût de l’immortalité (hélas avec un résultat guère plus positif, mais ceci, mon boudchou, est une autre histoire).

Une réflexion au sujet de « Blanche Neige et les lance-missiles, de Catherine Dufour »

  1. Ping : Brèves et trucs Geeks du lundi 6 août 2012 | Le blog de la Fantasy Team

Laisser un commentaire